Impromptus #05

Les Impromptus 05

Les aventures des Impromptus continuent. Le 25 juin, le 1ier et le 2 juillet le festival transdisciplinaire revient au sein du Pavillon du Lac pour vous faire découvrir la nouvelle programmation sous le thème : Sexualité(s)

Le collectif Denysiak, une réelle fabrique d’écriture, présente une nouvelle forme grinçante mettant en scène cinq acteurs qui dévoilent les pensées brutes lors et autour des rapports sexuels.

L’Edition l’oeil d’or, qualifiée comme maison d’édition spécialisée en coups de coeur, furieusement éclectique, propose une librairie FMR et des lectures mises en espace. Pour Les Impromptus 05, il s’agira d’un texte de Jean-Luc A. d’Asciano autour du fétichisme, du deuil et de la sexualité.

Laurent Laffargue, suivant Les Impromptus depuis leur premier opus, rejoint cette aventure en proposant une nouvelle interprétation de la pièce Terminus de Daniel Keene.

A ne pas manquer le feuilleton de Monsieur Belleville, création de la Compagnie des Treizièmes, qui poursuit son errance poétique et tisse le fil rouge à travers les éditions.

Carte Blanche est donnée au festival Concordan(s)e, une aventure singulière où un écrivain rencontre un chorégraphe et où « un seul chien, ça suffit sans doute, mais dans notre création, il y aura de la place pour deux ».

Le Pavillon du Lac se transformera en un clin d’oeil à Ovide, Epicure et la King Kong théorie en images (exposition par Alessandro Clemenza), où on va vous expliquer qu’ «En Amour il faut toujours un perdant », pour finalement essayer de s’immiscer dans un «Peep Show », à l’aide de chansons parlant d’amour et de manque d’amour (Collectif ADM) et des images qui défilent en boucle où le porno se mélange gentiment à l’érotisme (Dave TV).

Le tout est enveloppé par un habillage de lieu cynique et drôle, 100% « handmade », concocté par Avela Guilloux et Caroline Stella, deux jeunes femmes qui n’ont pas peur des mots doux au point de croix ni d’un atelier « Make Your Own Sex-Toys ».

La Compagnie des Treizièmes tente un réel challenge avec ce thème de la « Sexualité(s) ». En soit, le sujet n’a rien de transgressant ou de choquant. Or, la Compagnie des Treizièmes a conçu une programmation, sur trois jours au sein du Pavillon du Lac, dont certaines formes peuvent gêner, tout en évitant le trash et la provocation gratuite, afin de démontrer que «La Sexualité(s)» reste un thème devant lequel nous pouvons encore rougir, voire même être surpris. C’est le challenge que nous nous sommes fixés en tout cas…